jeudi 7 mai 2020

Attention aux ventilateurs fabriqués en Chine


A lire absolument les ventilateurs très demandés sont à 90% une escroquerie en Chine

Alors que les hôpitaux et les gouvernements du monde entier cherchent désespérément des ventilateurs médicaux pour aider à traiter les patients atteints de Covid-19, certains ont été attirés par le grand nombre de marchands en Chine qui proposent de vendre ces machines de sauvetage.
Regardons de plus près ce qu’il s’est passé…

·         Bienvenue dans le monde de l'achat de ventilateurs en cas de pandémie.

  • ·         Un marché bien confus
  • Le gouvernement chinois intensifie ses contrôles
  • ·         Le FBI s’empare de l’affaire

I.                    Bienvenue dans le monde de l'achat de ventilateurs en cas de pandémie.


Les commandes de ventilateurs en Chine ont dépassé les 1million d'unités. 

source SMCP

Les faux documents, les imposteurs se faisant passer pour des responsables d'entreprise et les contrats frauduleux sont quelques-uns des moyens utilisés par les escrocs alors que les hôpitaux s'efforcent d'obtenir les appareils respiratoires.
La réputation des fournisseurs légitimes est mise à mal par des profiteurs qui revendent leur matériel jusqu'à cinq fois son prix normal ou promettent des machines qu'ils n'ont pas, tandis que le FBI a mis en garde contre les plans visant les organismes gouvernementaux et l'industrie de la santé.
Bien que la Chine ne produise qu'un cinquième des ventilateurs invasifs du monde, les acheteurs potentiels de ce type d'équipement se sont tournés vers ce pays car c'est la seule grande économie à ce jour à être proche de la reprise d'une production normale.


"Les gouvernements font des pieds et des mains pour tenter quoi que ce soit dans une situation désespérée", explique Charlie Yin, directeur des ventes du fabricant de ventilateurs Beijing Siriusmed Medical Device Co, "ils se sont tournés vers toutes les sourcesqu'ils pouvaient trouver, et c'est comme ça qu'ils se sont fait arnaquer".

ATTENTION : les agents arnaqueurs sont nombreux en Chine. 


Attention aux prix trop alléchants 


Selon M. Yin, les intermédiaires vendent des ventilateurs à 400 000 yuans (56 500 dollars) pièce, contre un prix normal d'environ 80 000 yuans.
Si de nombreux acheteurs étrangers sont restés concentrés sur les fournisseurs traditionnels, d'autres se sont tournés vers les géants chinois des médias sociaux que sont Weibo et WeChat pour trouver des produits.


II.                  Un marché bien confus



Alors que la Chine a accéléré la production de ces appareils, le ministère de l'industrie et des technologies de l'information a demandé une "compréhension sobre" de la capacité de production, estimant que la Chine ne peut fabriquer qu'environ 2 200 ventilateurs invasifs par semaine si les composants clés sont disponibles.



Les fabricants chinois sont en concurrence sur un marché dominé par des producteurs européens et américains tels que PhilipsHealthcare, Hamilton Medical et Medtronic.
Mais la récente flambée de la demande a poussé des entreprises aussi diverses que le concepteur d'appareils électroménagers Dyson, le constructeur d'avions Airbus et le constructeur automobile General Motors à se lancer dans la production pour faire face aux pénuries.
Cela a brouillé les chaînes d'approvisionnement traditionnelles et a créé une ouverture à la fraude.
Beijing Aeonmed a découvert des escrocs utilisant son nom sans autorisation, vantant des documents falsifiés et employant de faux timbres officiels gravés pour tenter de détourner des contrats.
La société a déclaré qu'elle n'était pas impliquée dans des tentatives d'augmentation du prix de ses produits.
 La Chine est un monde de challenges, et il existe de nombreux pièges estiment le john Wang de seoagencyChina, un distributeur de produits médicaux en Chine. 

III.                Heuureusement le gouvernement chinois intensifie ses contrôles



Depuis le 1er avril, la Chine a intensifié le contrôle de la qualité des exportations liées aux virus, interdisant la vente à l'étranger de fournitures médicales non certifiées par le gouvernement.
Le ministère de l'industrie et des technologies de l'information, qui coordonne la production de ventilateurs, a déclaré que les fabricants chinois n'ont pas été en mesure d'augmenter suffisamment leurs capacités en raison du manque de composants clés provenant de fournisseurs étrangers qui ont également été touchés par la pandémie.
"Nous poussons les entreprises nationales à accélérer leur production et à augmenter leur capacité de production", a déclaré le ministère.
"Nous les aidons à résoudre les problèmes de matières premières et de main-d'œuvre et continuons à les inciter à faire un bon travail de contrôle de la qualité".
Le ministère a déclaré que du 1er mars au 22 avril, les fabricants chinois ont fourni plus de 7 700 ventilateurs invasifs et près de 40 000 ventilateurs non invasifs à des pays étrangers.
Même le nom du gouvernement chinois a été utilisé à mauvais escient par des imposteurs en ce qui concerne les fournitures médicales.
Le département du commerce extérieur du ministère du commerce a déclaré que certaines entreprises ont prétendu être des exportateurs officiellement désignés de masques et de vêtements de protection vers 15 pays, dont l'Italie.
Mais le ministère a déclaré qu'il n'avait jamais délivré une telle désignation et que l'utilisation abusive de son nom avait porté atteinte à son autorité.

Autre cas 

Dans une autre affaire de ventilateur, Ambulanc (Shenzhen) Tech. Co. a déclaré que des personnes prétendant être des employés avaient contacté des ambassades et des bureaux de santé étrangers pour proposer les machines à la vente.



L'entreprise n'a découvert la fraude que lorsqu'elle a été approchée par les missions diplomatiques.
"Ceux qui souhaitent se procurer des ventilateurs déjà fabriqués sont enclins à l'escroquerie", explique Liu Bo, directeur général adjoint d'Ambulanc.
"Notre capacité de production est déjà réservée jusqu'en juin et juillet. Il n'est pas réaliste d'obtenir des produits finis immédiatement".

Charlotte Wang un agent explique qu'il est important de bien sélectionner et poser les bonnes questions aux usines avant d'acheter à l'aveugle, les hôpitaux sont en général mal conseillés quand ils achètent en Chine. 



IV.                Le FBI s’empare de l’affaire


En avril, le FBI a mis en garde contre de multiples incidents au cours desquels des agences gouvernementales des États américains ont transféré des fonds à des courtiers et à des vendeurs frauduleux avant que le matériel ne soit livré.
Les intermédiaires comprenaient des entités nationales et étrangères, a-t-il déclaré.
Dans un cas, un individu a prétendu représenter une entité avec laquelle une agence d'achat d'État avait une relation d'affaires existante.
Au moment où l'agence d'achat est devenue suspecte des transactions, une grande partie des fonds avait été transférée hors de la portée des forces de l'ordre américaines et était irrécupérable, a déclaré le FBI le 13 avril.

En conclusion

L'afflux de nouveaux courtiers, en particulier ceux dont le pedigree est douteux, crée une confusion sur le marché, selon Vedeng, un acteur établi qui exploite l'une des principales plateformes en Chine reliant les fournisseurs et les acheteurs d'équipements médicaux.
"Beaucoup d'étrangers non professionnels se sont précipités dans ce domaine, et ils ne comprennent tout simplement pas le marché des appareils médicaux", explique Wu Chuanpu, directeur de la chaîne d'approvisionnement chez Vedeng.
"Nous avons vu de nombreuses commandes non satisfaites. Il se peut que les produits se trouvent quelque part au départ, mais après des tournées de revente, c'est beaucoup trop complexe à comprendre".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire