Voir mon profil

samedi 22 février 2014

Quelle direction pour l'industrie chinoise en 2014?



Quelle direction pour l'économie chinoise en 2014?

2014 augure pour la Chine d'une accélération vers l'Économie de marché. Le pays a en effet fait bien du chemin depuis son entrée à l'OMC en 2001. Il s'était alors fixée deux objectifs: s'intégrer à l'économie mondiale, et consolidez-les réformes de libéralisation économique instaurées par Deng Xiaoping une vingtaine d'années auparavant. Aujourd'hui, ce projet a été plus que brillamment exécutée et a même franchi en 2013 une nouvelle étape, avec notamment l'adoption de  nouvelles réformes par le troisième plenum du Parti communiste chinois (PPC) et la prochaine accession de la Chine au statut d'économie de marché. En effet, la Chine se verra bientôt attribuée le titre d'Économie de marché au sein de l'Organisation mondiale du commerce.

Le plenum du PPC s'est tenu du 9 au 12 novembre 2013 et a traité essentiellement de réformes économiques et de l'État de droit. Xi Jinping entouré de sa nouvelle équipe dirigeante a voulu faire de ce troisième plenum un évènement d'une importance majeure dans l'histoire du PPC, comparable au plenum de 1978 au cours duquel Debg Xiaoping avait définit pour le pays une toute nouvelle orientation économique.

 En 2013, les défis que le pays s'est donné etaient nombreux : pollution urbaine, vieillissement de la population, corruption, creusement des inégalités. Les solutions apportées par Xi Jinping contre ces fléaux sociaux  et en vue de dynamiser la croissance du pays suivent deux axes majeures. Une premiere réforme concerne le renforcement de l'État de droit avec notamment la fermeture des camps d'emprisonnement et l'arrêt de la politique de l'enfant unique.
Une seconde reforme consiste à renforcer l'Économie de marché, et a été inspiré par l'économiste Liu He, qui n'est autre que le conseiller en chef de la nouvelle équipe dirigeante sur les domaines qui touchent  a l'économie et aux finances. Il est aussi le patron de la NDRC, l'agence de planification économique du gouvernement chinois. Ainsi, un nombre important de mesures de libéralisation de l'économie sont à attendre prochainement : elles comporteront entre autres, une ouverture des capitaux des grands groupes publics, et la fin des quotas de déplacement pour les populations rurales.

Intensifier l'ouverture au monde extérieur.
Depuis 2001, le parcours accompli par la Chine est impressionnant : Elle est devenue en tres peu de temps, la deuxième puissance économique mondiale, le premier exportateur mondial de marchandises, et le deuxième pays d'accueil des investissements directs internationaux; et entre 2000 et 2011, les importations chinoises sont passées de 20 à 27% du PIB. En 2014, les dirigeants chinois veulent accélérer encore davantage cette ouverture. De nouvelles économies émergentes se positionnent aussi bien sur le low-cost que sur le haut de gamme, en faisant le choix de la montée en gamme des techniques, entrant ainsi directement, en étroite concurrence avec les productions industrielles des pays de l'OCDE. 
L'Union européenne est aujourd'hui un partenaire commercial majeur pour la Chine puisqu'elle est la première destination des exportations chinoises et est à l'origine de 6% des investissements reçus par la Chine. La Chine quand à elle, est le deuxième partenaire commercial de l'UE.
Néanmoins, des sources de tension perdurent entre la Chine et l'UE notamment sur l'accès au marché. Il reste notamment des restrictions aux investissements, par ailleurs le secteur financier dominé par les banques d'État s'est peu ouvert. Enfin, la Chine n'a toujours pas signé l'accord international sur les achats publics, ce qui lui permet de garder une législation qui favorise les productions locales. Ainsi, tout en respectant la lettre de ses engagements à l'OMC, la Chine garde le contrôle de sa politique industrielle, des modalités de financement de ses entreprises, et de l'accès à son marché.
Une économie de marché
La revendication claire d'une orientation politique en faveur de « l'économie de marché » induit logiquement la question de l'accès de la Chine au statut d' "Économie de marché" au sein de l'OMC. L'obtention de ce statut devrait être effective en 2016 selon ce que prévoit le protocole d'adhésion. Il est vrai que le chemin parcouru par la Chine, depuis son accession à l'OMC, est impressionnant et en a fait une puissance économique et commerciale à vocation mondiale, mais son nouveau statut lui confert par voie de conséquences une plus grande responsabilité dans l'ordre économique mondial. Responsabilité qu'elle ne pourra tenir qu'a condition d’effectuer encore de nombreuses réformes politiques et économiques.

Pour plus d’informations sur l’actualite de l’économie en Chine:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire