Voir mon profil

samedi 3 novembre 2012

Tout l'actualité sur l'industrie Solaire dans le monde

Tout l'actualité sur l'industrie Solaire dans le monde 


l'Algérie un marché prometteur!


L'industrie spéciale du Solaire L'Algerie abritera demain une conférence énergétique internationale de 2jours axée sur les opportunités d’investissement dans le secteur algérien de l’énergie et les possibilités de développement des gaz de schiste en Algérie.
Algeria Energie Forum offrira l’opportunité aux Algériens de faire connaître davantage le domaine minier national et les mesures gouvernementales visant à en intensifier l'exploration, d'autant plus que l'Algérie s’apprête à adopter une nouvelle loi sur les hydrocarbures pour doper l’investissement pétrolier et gazier. Le programme de cette conférence, organisée sur neuf séances, comprend l’intervention de hauts responsables de compagnies énergétiques internationales, comme Didier Holleaux, P-DG du groupe français GDF-Suez, et Jacques Manaud des Grottes, président Afrique du groupe Total. Halliburton, le groupe américain représenté par plusieurs responsables de projets de gaz de schiste, animera un atelier axé sur les défis et les opportunités de développement des gaz non conventionnels en Algérie. La plupart des groupes et compagnies énergétiques activant en Algérie participeront à cette conférence à l’instar de Statoil, Repsol, Anadarko, Schlumberger, RWE et Talisman. Pour l’Algérie, ce forum, organisé par le groupe CWC, organisateur d'événements énergétiques, basé à Londres, constitue une occasion pour tisser des “liens forts” avec les géants de l’industrie du solaire qui vont y prendre part. L'initiative Désertec (DII), un consortium industriel composé de 21 compagnies internationales, et représenté par son P-DG Paul van Son, prendra également part à cette conférence.

La Chine et le solaire


la Chine ouvre une enquête sur les importations venues de l'UE PEKIN - La Chine a ouvert jeudi une enquête pour déterminer si les produits de la filière solaire qu'elle achète à l'Union européenne bénéficient de subventions indues ou sont vendus à perte, un geste qui avive encore les tensions commerciales dans ce secteur.
La décision chinoise fait suite à l'ouverture début septembre d'une enquête anti-dumping par Bruxelles sur les panneaux solaires et cellules photovoltaïques en provenance de Chine, à la demande de EU ProSun, un groupement d'industriels européens de la filière. Elle s'incrit aussi dans une longue série de différends commerciaux entre la Chine et ses principaux partenaires, portant également sur les voitures, les terres rares essentielles dans les hautes technologies ou encore la sidérurgie. L'enquête chinoise devra déterminer si les entreprises européennes ont vendu du polysilicium, un matériau indispensable à la fabrication des cellules photovoltaïques, à des prix artificiellement bas sur le marché chinois, selon un communiqué du ministère du Commerce. Les subventions européennes à la filière solaire feront aussi l'objet d'une enquête, selon le ministère, qui veut évaluer d'éventuels préjudices aux sociétés chinoises afin de parvenir à une décision de justice équitable, en accord avec la loi. Les investigations font suite à des plaintes de fabricants chinois de polysilicium, et portent notamment sur des subventions accordées par le gouvernement allemand pour investir dans les nouveaux Länder ainsi que sur des prêts préférentiels distribués par la Banque européenne d'investissement, selon un communiqué séparé du ministère. Les compagnies européennes qui pourraient être affectées par d'éventuelles mesures de rétorsion chinoise ont vingt jours pour dresser la liste des produits qu'elles ont vendus en Chine entre le 1er juillet 2011 et le 30 juin de cette année, d'après ce document. Le ministère chinois veut mener à bien cette enquête d'ici un an, ou au maximum un an et demi en cas de circonstances inhabituelles. Pékin avait estimé en septembre que d'éventuelles barrières imposées aux fabricants chinois à la suite de l'enquête européenne, qui doit durer 15 mois, nuiraient aux deux parties ainsi qu'au développement des énergies propres. La Chine a par ailleurs manifesté en octobre son vif mécontentement après la publication d'un rapport d'enquête américain ouvrant la voie à des mesures anti-dumping contre ses produits photovoltaïques. Le 20 juillet, le gouvernement chinois avait lancé sa propre enquête anti-subvention et anti-dumping contre les fabricants américains de polysilicium. Les fabricants chinois de panneaux solaires, qui occupent une position dominante dans le secteur au niveau mondial, sont aujourd'hui confrontés à de graves problèmes de surcapacités, notamment à cause de difficultés sur les marchés européen et américain. Le groupe international Abengoa Solar qui avait déjà réalisé en Algérie la centrale hybride gaz/solaire de Hassi-R’mel animera une session avec la compagnie First Solar, premier fournisseur mondial des solutions solaires, sur l’identification des technologies les plus durables pour promouvoir les énergies non renouvelables en Algérie. La conférence sera ouverte par le ministre algérien de l’Énergie et des Mines, Youcef Yousfi, qui doit prononcer une allocution intitulée : “Assurer l’avenir énergétique florissant de l'Algérie”. L'intervention du P-DG de Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, portera, quant à elle, sur l’industrie des hydrocarbures et les moyens de maximiser le potentiel des ressources conventionnelles et non conventionnelles en Algérie, tandis que le P-DG de Sonelgaz, dont le groupe est chargé par les autorités publiques de mener le programme des énergies renouvelables, interviendra sur l’avenir de l’Algérie dans les énergies alternatives.
via


La France et l’énergie Solaire

Discrètement, le site d'élite "CESP" développé par l'Université de Perpignan avec Domitia et le Centre National de la Recherche Scientifique invente les solutions photovoltaïques de demain, dans une concurrence silencieuse avec la Chine. Ce site d'essais solaires crée intensément, en confortant le rôle des Pyrénées-Orientales dans la compétition internationale.
Dans sa quête de développement économique durable, le Pays Catalan s'est doté en 2006, sous l'impulsion de l'Etat, du pôle de compétitivité Derbi, solidement reconnu à l'international. Plus récemment, en juin 2012, un cluster de 50 entreprises du territoire, intitulé EnR66, pour "Energies Renouvelables 66", était lancé sur le principe de l'addition de forces. Ce mois de novembre, pour soutenir l'ensemble, l'Université de Perpignan Via Domitia (UPVD) met en avant son Centre d’Essais Solaires (CESP), reconnu par le Comité Français d'Accréditation en juillet 2011. Installé au sein du parc Tecnosud, voisin du quartier du Moulin à Vent, ce site d'élite coordonné, par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), est rapidement devenu une référence européenne en matière de tests d'efficacité photovoltaïque, d'essais en conditions de vent extrême, et de validation de labels de qualité internationale. Le savoir-faire européen, face à la Chine, se mesure en Roussillon Reliant le monde de la recherche à celui de l’industrie, le CESP est rattaché au Service des Activités Industrielles et Commerciales (SAIC) de l'UPVD. Sans ramdam médiatique, cette zone qui octroie à Perpignan une montée en gamme commercialise ses tests auprès des fabricants de panneaux solaires qui souhaitent augmenter le rendement et la fiabilité de leurs produits. Parmi les solutions proposées figurent de véritables secrets technologiques portée sur les nouvelles générations de panneaux, hybrides et à concentration. Au travers de cette expertise, l'avenir de l'énergie solaire européenne, face aux grands concurrents chinois, se construit en Roussillon. Remarqué en juin 2012 au salon Intersolar de Munich, principal forum européen du genre, ce bijou scientifique de Perpignan démontre un certain essor de l'économie du savoir en Catalogne du Nord  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire