Voir mon profil

jeudi 2 décembre 2010

Réforme des syndicats industriels

Réforme des syndicats industriels

Sur le territoire
La CSN représente 3166 ouvriers du secteur industriel dans la grande région de Québec, répartis en 49 syndicats. Le secteur manufacturier représente au total 73 500 emplois directs pour la région, soit 22 % des emplois en Chaudière-Appalaches et 8,2 % des emplois dans la région de la Capitale nationale.


Des représentants de nouvelle entité syndicale de la CSN étaient de passage hier à Saint-Georges pour présenter la Fédération de l’industrie manufacturière. Issue de la fusion des syndicats des travailleurs du secteur de la métallurgie ainsi que ceux du papier et de la forêt, ce regroupement veut favoriser le développement industriel du Québec. Il s’agissait du sixième arrêt d’une tournée de 16 régions en vue du congrès de fondation de la nouvelle entité en février prochain.

Sous le thème Une nouvelle force syndicale, le congrès de fondation de cette nouvelle entité aura lieu du 21 au 25 février prochain, au Centre des congrès de Québec. La nouvelle fédération sera l’une des huit fédérations composant la Confédération des syndicats nationaux représentant près de 300 000 membres dans tous les secteurs d’activité.

En plus de vouloir faire face au défi de l’industrie manufacturière, cette nouvelle fédération se veut d’augmenter le pouvoir de représentation et de défense de 30 000 travailleurs québécois. Elle se veut aussi de les soutenir davantage dans l’atteinte de leurs objectifs de négociation.

Pour le président actuel de la FTPF–CSN, Sylvain Parent, ces travaux préparatoires sont essentiels afin de bien refléter les attentes des membres quant aux orientations à prendre au cours des prochaines années. «La crise économique a grandement mis à mal l’emploi et l’activité industrielle au Québec. Nous devions réagir, c’est pourquoi nous avons décidé d’unir nos forces pour mieux répondre aux besoins de nos membres et pour nous adapter aux enjeux économiques actuels et futurs. Il est de notre devoir de nous assurer que les politiques de développement économique favoriseront le maintien d’un secteur manufacturier prospère pour soutenir l’économie de
toutes les régions du Québec. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire